Créé par la CNAM, anciennement connue sous l'acronyme CNAMTS, le caces est indispensable à l’exercice des métiers du transport et de la logistique. Ce certificat d’aptitude valide les connaissances et les compétences d’un travailleur dans la conduite d’engins de chantier tels qu’une grue ou une plateforme élévatrice. L’obtention de ce type de permis nécessite une formation spécifique.

Les conditions à remplir et la formation théorique

Pour obtenir un permis caces, un candidat doit avoir 18 ans et passer une visite médicale ayant pour objectif d’évaluer sa capacité à conduire des engins. Une fois ces conditions réunis, il peut faire appel à un organisme agréé pour entamer sa formation. Cette dernière dure entre 2 et 5 jours en fonction de son niveau et comprend une partie théorique, ainsi qu’une partie pratique.

En règle générale, la durée d’une formation théorique est d’une journée de 7 heures. Outre l’apprentissage des règlementations en vigueur, cette étape a pour objectif d’enseigner aux candidats les règles de prévention à respecter dans des locaux professionnels et sur la voie publique, ainsi que les différents types d’engins et leur catégorie respective. Les cours peuvent être accompagnés d’exercices permettant aux stagiaires de s’entraîner à réaliser diverses opérations telles que la vérification ou la mise en place d’équipements de protection.

Il est important de noter qu’une structure proposant une formation caces doit posséder une qualification délivrée par un organisme certificateur, reconnu par le COFRAC (Comité français d’accréditation) et conventionné par la Caisse nationale de l’assurance maladie.

Pour trouver rapidement un organisme certifié, cliquez ici.

La formation pratique

Une fois la partie théorique terminée, le candidat peut passer à la formation pratique. Cette seconde étape a pour but de l’entraîner à conduire des engins et à respecter les différentes règles liées entre autres à la prise de poste, à la circulation (en entreprise ou sur la voie publique) et à la manutention.

Pendant la formation pratique, le stagiaire peut être amené à conduire divers types d’engins selon le ou les catégories de caces qu’il souhaite obtenir. La Caisse nationale de l'assurance maladie a défini six principales recommandations : R372 (engins de chantier), R377 (grues à tour), R383 (grues mobiles), R386 (nacelles élévatrices), R389 (chariots élévateurs à conducteur porté) et R390 (grues auxiliaires destinées au chargement de véhicules).

À titre d’information, la durée de validité d’un certificat dépend essentiellement de sa catégorie. Les caces R372 et R383 sont valables pendant 10 ans. Les autres certificats, quant à eux, doivent être renouvelés tous les 5 ans. Tous les conducteurs doivent passer par une mise à niveau après l’expiration de leur permis, afin de se faire délivrer une autorisation de conduite par leur employeur.

La phase de test

Après sa formation, le stagiaire doit passer par une phase de test pour obtenir son permis caces. Cette dernière étape est divisée en deux parties (théorique et pratique), durant lesquelles il doit mettre en exergue les compétences acquises durant ses nombreuses heures d'apprentissage.

La partie théorique dure 1 heure et a pour but d’évaluer les connaissances du stagiaire sur les règlementations en vigueur, les règles de prévention, la mécanique, etc. Lors de la pratique, il doit prouver aussi bien ses compétences en conduite que sa capacité à respecter les mesures de sécurité. Cette étape nécessite généralement une bonne maîtrise de la lecture de plaque de charge, du gerbage et une excellente aptitude à mettre en place un parcours fluide, limitant significativement les risques d’accident.

Pour obtenir son certificat, le candidat doit réussir l’examen théorique et celui pratique. En cas d’échec dans une des deux parties, il peut la repasser sans devoir refaire celle déjà acquise, dans un délai de 6 mois.